RESEAU NATIONAL RADIO VISION 2000: 8 stations de Vision 2000 à travers le pays, Port au Prince: 99.3 FM - Jacmel 90.9 FM - RTNO-Port de Paix: 92.5 FM - GONAIVES: 98.1 FM - MILLIENIUM-Saint Marc: 99.9 FM - Cayes: 101.7 FM - Cap-Haitien: 105.7 FM - PUISSANCE FM-Mirbalais: 99.9 FM

Haïti-États-Unis : Des personnalités et institutions nationales et internationales condamnent les propos racistes du président américain Donald Trump

P-au-P, 12 janv. 2018 [AlterPresse] — Diverses personnalités ainsi que des institutions nationales et internationales ont élevé la voix contre les propos du président américain Donald Trump qui a qualifié Haïti et le Salvador, ainsi que plusieurs Nations africaines de « pays de merde », dans des interviews accordées à l’agence en ligne AlterPresse.

Le président de la société d’histoire d’Haïti, de géographie et de géologie (Shhagg), le professeur Pierre Buteau qualifie ces propos de « malheureux ».

Tous les Haïtiens et descendants d’Afrique jugeront ces propos inacceptables pour eux et pour les autres pays, avance-t-il.

Toutefois, Buteau croit aussi qu’il faut réfléchir et changer nos pratiques des dernières années qui nous ont conduits dans cette situation.

Il critique le manque de sentiment d’appartenance des élites et couches moyennes défavorisées du pays.

Il déplore également l’orientation du système scolaire haïtien qui n’est pas éclairé par une vraie philosophie.

Pour l’historien Roger Petit-Frère, également professeur d’Université, ces propos de Trump se sont pas étonnants parce qu’il représente la ligne politique raciste des États-Unis, qui existe depuis les périodes précédant l’indépendance.

Cette ligne raciste représente l’idéologie d’un certain courant du parti républicain anti-noir. Les Haïtiens doivent savoir qu’aux États-Unis, il y a des courants anti-Haïtiens, dixit Petit-Frère.

Les Haïtiens doivent prendre leur dignité en main, souhaite-t-il, plaidant pour qu’il y ait en Haïti des actions du pouvoir au service de l’intérêt national.

Le pasteur Clément Joseph appelle la population haïtienne à ne pas faire cas des propos de Donald Trump.

Il encourage, de préférence, la communauté protestante haïtienne à prier pour le président Trump et l’église américaine qui connaissent, selon lui, une chute terrible.

Même si « cette menace est sérieuse », le moment n’est pas……………………………..…lire la suite sur alterpresse.org

Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.