RESEAU NATIONAL RADIO VISION 2000: 8 stations de Vision 2000 à travers le pays, Port au Prince: 99.3 FM - Jacmel 90.9 FM - RTNO-Port de Paix: 92.5 FM - GONAIVES: 98.1 FM - MILLIENIUM-Saint Marc: 99.9 FM - Cayes: 101.7 FM - Cap-Haitien: 105.7 FM - PUISSANCE FM-Mirbalais: 99.9 FM

Mirlande Manigat et les amendements de la Constitution

Source Ricardo Ulysse / ulyssericardo@yahoo.fr | Lenouvelliste.com

Mirlande Manigat a signé vendredi, à l’Université Quisqueya, son dernier ouvrage intitulé « Les amendements dans l’histoire constitutionnelle d’Haïti ». Dans ce livre, Mirlande Manigat apporte des éclaircissements sur les différentes tentatives d’amendement de la Constitution, notamment celui qui a été réalisé en 2009 sous la présidence de René Préval. 

« Avec ce document, j’entends initier de nouvelles démarches vers un nouvel amendement de la Constitution haïtienne. » En ces termes, Mirlande Manigat a présenté son ouvrage portant 325 pages et divisé en quatre parties. Dans cet ouvrage, Mme Manigat explique, en bon professeur de droit constitutionnel, son point de vue éclairé sur le sujet de l’amendement. Pour amender une Constitution, explique la professeure, il faut une préparation et l’avis des esprits les plus avisés pour atteindre un tel objectif. Une Constitution est fille de son temps et doit exprimer les attentes de la population, ses espérances et même ses illusions.

«Elle n’est pas cependant une Bible inattaquable et prévoit la procédure à suivre pour entamer et mener une modification de forme et de fond», étaye-t-elle. Mirlande Manigat croit qu’il y a des points d’ombre dans l’amendement de 2009, notamment l’article 15 qui prévoyait que la double nationalité haïtienne et étrangère n’est admise en aucun cas et qui a été supprimé. Elle a en outre critiqué la rapidité avec laquelle le travail de l’amendement a été fait au niveau du Parlement haïtien et la promulgation de ce dernier par l’ancien président René Préval dans le journal officiel Le Moniteur.

La Constitution de 1950 et celle de 1987 envisageaient, confie-t-elle dans sa présentation, qu’ « en cas de vacance présidentielle ou d’empêchement définitif qui peut se manifester par des causes comme la démission, le décès ou l’incapacité physique, mentale permanente dûment constatée, il convient de mentionner…….lire la suite sur lenouvelliste.com

Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.